Ces derniers jours, les médias relaient trois affaires qui montrent bien que l’environnement et la santé sont (encore) loin des préoccupations industrielles.

toxique

La première concerne le lait en poudre contaminé à la mélamine commercialisé en Chine et qui a déjà fait de nombreuses victimes. Il semble que l’ajout de cette substance toxique avait pour but d’enrichir la teneur en protéine (article de Courrier International).
Ce qui fait froid dans le dos, c’est de savoir que la mélamine est utilisée régulièrement, en Chine, dans l’alimentation pour animaux. Et ce, malgré plusieurs affaires en 2007 en Amérique du Nord de contaminations de poissons d’élevage et d’aliments pour chiens et chats.

Le second concerne Conforama et d’autres enseignes de meubles. Des fauteuils « relax » ont déclenché de graves crises d’eczéma. Les canapés auraient reçu une trop forte dose de produit anti-moisissures lors de leur conditionnement en Chine. Ce traitement est nécessaire pour que les tissus puissent supporter le transport en container (article du Parisien).

Enfin, le troisième concerne Acelor accusé par la Voix du Nord d’avoir participé à un trafic de déchets toxiques en blanchissant du fuel toxique en fuel domestique. La justice est désormais sur le dossier…

Toutes ces affaires ne sont vraiment pas rassurantes. Elles ont en commun un dysfonctionnement des systèmes de surveillance, des organes de contrôle et de contre-pouvoir. Raison de plus pour que chacun, du PDG à l’ouvrier en passant par le consommateur, prenne conscience de sa responsabilité vis-à-vis de la santé et de l’environnement !