La consommation durable peut se décomposer en trois étapes : l’achat, l’utilisation et la fin de vie. La phase d’achat a déjà fait l’objet d’un article (que vous pouvez lire ici), je me penche donc maintenant sur la phase d’utilisation, et plus spécifiquement l’utilisation des produits consommateurs d’énergie.

Source CEREN 2013, Chiffres clés climat air énergie, édition 2014, ADEME


Globalement, le consommateur responsable veille à utiliser ses produits ou services de manière économe, ce qui génère un double impact positif : pour l’environnement et pour son budget.

Comment réduire ma consommation énergétique ? Pas facile dans un monde où tout est électrique !  
Chez lui, l’éco-citoyen est bien organisé : il éteint la lumière dès qu’il quitte une pièce (ça va peut-être de soi, mais ça va mieux en le disant, c’est si facile de se dire « pas besoin, je reviens dans 5 minutes ») et préfère les ampoules LED ou basse consommation aux halogènes. Certes elles coûtent plus cher, mais consomment nettement moins donc permettent de réduire sa facture d’électricité. Il éteint ses appareils électriques (télévision, box, PC…) dès qu’il ne les utilise pas, car ils consomment même en mode veille. Eteindre les veilles permet de réduire jusqu’à 10% sa facture d’électricité*. Bien sûr, la consommation en veille dépend des appareils (lire leurs notices) : elle est plus élevée sur les appareils connectés à Internet ; pour les autres, elle peut sembler négligeable (<1W/heure), mais pas tant que ça sur une journée, un mois, une année**. Certains appareils, comme les ordinateurs, consomment dès qu'ils sont branchés, même éteints*. Pour éviter ces "veilles cachées", l'éco-consommateur préfère tout débrancher la nuit ou pendant ses congés. Il est équipé de multiprises avec interrupteur, pratiques ! De même, après avoir rechargé son portable (ou sa tablette…), il débranche le chargeur car celui-ci consomme encore, même sans téléphone au bout du fil. 
Pour le chauffage (électrique, au gaz ou au fuel), le consommateur durable veille à ne pas surchauffer son domicile et respecte les recommandations de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) : 19°C dans les pièces à vivre, 17°C dans les chambres. Il baisse ou éteint la nuit et lorsqu’il s’absente. L’été, il se passe de climatisation : il ferme ses fenêtres et volets la journée, puis les ouvre le soir pour faire circuler l’air frais.
Pour la cuisine, il n’a pas peur d’utiliser son « huile de coude » pour faire sa mayonnaise ou sa pâte à crêpes. Pour la cuisson, il préfère l’induction ou le gaz, qui chauffent plus rapidement que les plaques électriques ou vitrocéramiques, et couvre systématiquement ses casseroles d’un couvercle.
Pour le lavage, il utilise son lave-vaisselle ou lave-linge en mode éco ou basse température. Laver son linge à 30 ℃ permet de consommer 3 fois moins d’électricité qu’à 90 ℃*. De même, la fonction éco du lave-vaisselle permet de réduire sa consommation d’électricité jusqu’à 45 %*. Bien sûr, il attend que ses appareils soient pleins pour les lancer.
Au bureau, chez des amis ou en vacances, l’éco-consommateur adopte les mêmes gestes, devenus des réflexes naturels.
Personnellement, je m’efforce de maîtriser ma consommation d’énergie, en adoptant de petits gestes au quotidien, suivant le proverbe « Petit à petit, l’oiseau fait son nid » ; mais j’ai encore des progrès devant moi  😉 J’ai notamment réalisé en écrivant cet article que je devais penser, lorsque je pars en vacances, à éteindre mon ballon d’eau chaude, qui chauffe automatiquement chaque nuit.
Pour suivre ma conso d’électricité, j’utilise le service gratuit e-équilibre d’EDF : cela me permet de suivre ma conso par mois, d’une année sur l’autre et de la comparer avec celle des foyers équivalents au mien. J’imagine que les autres fournisseurs proposent des outils similaires.
Ma prochaine étape ?
Changer mon abonnement pour passer à une électricité 100% renouvelable et abandonner le nucléaire. Aujourd’hui, je connais deux fournisseurs (il en existe sûrement d’autres) : ENERCOOP (électricité) et EKWATEUR (électricité et gaz), mais je n’ai pas encore pris le temps d’investiguer en profondeur.

Mon coup de gueule :
J’ai l’impression que les particuliers font déjà pas mal d’efforts (notamment dans un souci d’économie budgétaire), alors que les entreprises ont beaucoup de progrès à faire. Quand je vois, la nuit, les bureaux allumés ou les vitrines des magasins éclairées… Si comme moi, ça vous énerve, je vous invite à signer la pétition « Pour éteindre les lumières des magasins la nuit ».

J.

Sources : 
www.ademe.fr
** http://conseils-thermiques.org/contenu/arretez_appareils_en_veille.php

Plus de détails sur le site de l’ADEME, notamment sur les pages :