Cet été, nous avons visité un rucher collectif sur le lieu de nos vacances. Une promenade agréable et pédagogique pour (ré)apprendre le rôle des insectes dans la biodiversité et les écosystèmes. 


L’animatrice a nous également donné des conseils pour bien choisir son miel. Et en approfondissant un peu le sujet, j’ai trouvé quelques données que j’ai envie de partager. Je ne suis pas sûre qu’elles soient connues du grand public.



Butiner
(c) CALYO
Le marché mondial du miel est un vrai paradoxe. La productivité des ruches baisse (ça tout le monde le sait ou presque : mortalité des abeilles liés aux pesticides, prédateurs comme le frelon asiatique, parasite comme le varois…) 
Pourtant, en une année, quand le nombre de ruches augmente de 13%, les exportations des pays « producteurs » augmentent de 196% !!


Comment est-ce possible ? Tout simplement grâce à des systèmes d’importation / exportation, voire du miel frauduleux. Autrement dit, une entreprise française peut importer du miel de Chine et le revendre en France ou à l’exportation avec un étiquetage français…


Il est aussi important de savoir que le terme miel n’est pas réglementé. Donc parfois, Le miel peut être coupé à l’eau et additionné de sucre. Si, si !


Bref, mieux vaut être vigilant sur la traçabilité du miel que vous achetez. 


Alors comment bien choisir son miel ? 


Miel « 100% » acacia » : appellation plutôt trompeuse car impossible de garantir précisément quelle variété de fleurs ont été butinées par les abeilles. Au mieux, l’apiculteur installe ses ruches près des acacias en espérant que les abeilles en profitent pleinement 😉
 

Miel bio : là encore, difficile d’être certain à 100% des fleurs butinées par les abeilles…
Miel « hors UE / hors CE » : dans 80% des cas, ce miel est originaire de Chine. Où les normes antibiotiques sont beaucoup moins strictes que les nôtres 
Miel « origine UE ou CE » : c’est souvent un mélange de miels de différents pays de l’Union Européenne  
Miel de la région avec précisé « origine UE ou CE » : même avec la mention d’une région Française, c’est sûrement un mélange de miels de plusieurs pays Européens 
Miel récolté par l’apiculteur Bidule, mis en pot par l’entreprise Machin : l’apiculteur a vendu son miel a une entreprise qui s’est chargée de l’extraire et de le conditionner. Là encore, rien n’empêche les mélanges 
Miel récolté et mis en mot par l’apiculteur Bidule : c’est seul miel 100% garanti artisanat

(c) CALYO
(c) CALYO


En un mot, au rayon du supermarché, il est quasi impossible de trouver du « vrai » miel artisanal avec une traçabilité parfaite. Le mieux est encore de trouver un apiculteur local ou une filière de vente en direct.


La quantité et le goût du miel seront alors dépendants de la météo et du climat. Par exemple, notre famille se fournit chez un apiculteur local. Mais parfois, les années de maigre production (météo, ruche en stress, etc), il limite la vente à quelques pots par famille.


Depuis, je raisonne ma consommation de miel pour éviter de compléter mes achats avec du miel de supermarché. J’adapte ma consommation à ce que la nature donne, tout comme pour les récoltes du potager. Je limite ainsi mon impact sur cette demande effrénée de miel et les dérives associées.
Consommer moins mais consommer mieux. Et les abeilles nous disent merci ! 😊🐝🙏



À lire également : 


Sources