Et oui, déjà une année que nous avons publié « J’ai testé la cup et les serviettes lavables« . Un article qui vous avait beaucoup intéressé.e.s. Investir dans une cup (ou coupe menstruelle) et des SHL (serviettes hygiéniques lavables) est  une étape clé pour initier une démarche zéro déchet dans la salle de bain. En moyenne chaque femme utilise 300 protections jetables par an. Sans oublier les économies à la clé !

Source : plim.fr

Que s’est-il passé depuis ?

Avant tout, je suis toujours autant satisfaite d’avoir abandonné le monde du jetable. Les bénéfices sont là : finies les mycoses, des règles moins douloureuses et un vrai gain de confort au quotidien.

Depuis l’année dernière, j’ai modulé l’utilisation de ma cup pour faire une plus grande place aux serviettes hygiéniques lavables.

D’une part, j’ai été très marquée par des reportages et lectures sur le syndrome du choc toxique (SCT) dont les cups peuvent aussi être responsables. Même si certaines brochures mettent en avant « 12h de port non stop de la cup », ce n’est pas du tout conseillé. Si le risque de SCT est moindre qu’avec un tampon, il n’est pas nul.

Il est indispensable de vider très régulièrement sa cup (idéalement 4h maximum) et d’être vigilante sur l’hygiène (lavage de mains minutieux avant). Fini donc la cup la nuit. Je l’utilisais jour et nuit au début mais j’ai rapidement arrêté la nuit. Ces lectures m’ont confortée dans mon choix.

D’autre part, l’observation plus précise de mon cycle m’a permis de réaliser que la cup n’était pas toujours nécessaire. J’ai ainsi arrêté de porter la cup non stop toute une journée en début et fin de cycle. La serviette lavable est nettement plus confortable.


Petite parenthèse sur l’observation du cycle.

J’utilise l’appli Maya pour suivre mes cycles. Recommandée par une collègue, c’est l’outil qu’il me fallait. Je n’ai plus d’agenda papier depuis plusieurs années. Je n’avais plus de support pour noter les dates de début et fin de cycle. Sans parler de réussir à anticiper les dates du suivant !

Autre avantage de cette appli : préciser les dates indicatives des différentes phases du cycle et les différents symptômes associés. On peut aussi noter les symptômes jour par jour et personnaliser ainsi le suivi du cycle.

Elle peut être utile pour préparer une grossesse. À l’inverse, attention, l’utiliser comme moyen de contraception demande une parfaite connaissance de son cycle et quelques précautions.

Fin de la parenthèse.


Côte équipement, j’utilise la même cup et les mêmes SHL depuis mars 2016 (je me suis amusée à retrouver les dates pour l’article). 215€ au total bien investis et rentabilisés. J’aurais dépensé environ 350€ sur la même période avec du jetable. Et les économies ne sont pas finies car après deux ans, tout est en parfait état grâce à un bon entretien.

  • Cup – Lunacopine : rinçage systématique à l’eau froide (pour éviter les tâches), une fois par jour nettoyage avec mon savon intime et juste avant le début du cycle une stérilisation de 5 minutes dans de l’eau bouillante légèrement vinaigrée (vinaigre blanc qui évite le dépôt de calcaire)
  • SHL : je les lave tout simplement à 40 degré avec le reste du linge. J’ai choisi des motifs à dominante foncée pour les laver facilement avec les vêtements noirs et éviter ainsi tout accident au lavage.

Le mois dernier, j’ai décidé de réinvestir dans 5 serviettes lavables (95 € – donc si vous êtes fort en calcul mental, vous savez que le total de mes achats ne dépasse toujours pas le prix du jetable). Ces derniers temps j’étais obligée de prévoir une machine pour ne pas être à court pendant mon cycle, pas pratique !

Source : plim.fr

Désormais, je possède donc en SHL :
2 taille « extra » + 2 tailles maxi : pour la nuit et les jours de flux où je n’ai pas spécialement envie de mettre la cup
6 taille medium : parfaites pour les débuts et fin de cycle. Je les porte également les jours où le flux est plus abondant en cas de débordement de la cup.
7 protèges slips : parfaits en complément de la cup et aussi pour le confort quotidien

Et vous ? Prête à quitter le monde du jetable ?

Partagez-nous vos expériences !

C.

ps : un texte m’a interpellé lors de mes recherches sur les alternatives aux protections jetables. C’est un extrait d’un site fabricant de SHL mais cela n’enlève en rien la pertinence du propos.

 » C’est mieux de ne pas toujours avoir quelque chose dans le vagin, il n’est pas fait pour ça… donc écoutez-vous et à chaque fois que vous mettez quelque chose à l’intérieur de vous… de votre vagin, posez-vous la question : AI-JE VRAIMENT ENVIE DE METTRE QUELQUE CHOSE DANS MON VAGIN MAINTENANT ? Et en répondant à cette question vous vous respecterez. »

A chacune son rythme !  Prenez soin de vous