C’est un exercice que j’ai découvert sur la page des licornes 🦄 « Gestion budgétaire et minimalisme ». Je l’avoue, les premiers temps, je ne me sentais pas du tout concernée. J’ai eu la chance d’être formée à la gestion budgétaire à la maison et dans mes études. Je n’ai pas non plus un tempérament de shoppeuse frénétique. Je ne passe pas tous mes samedis au centre commercial. Alors regarder de près mes finances, faire la traque à la dépense, non merci.

La vie m’a rattrapée et petit à petit, j’avais le sentiment de ne plus maîtriser mon budget.

À la rentrée de septembre, j’ai donc décidé de (re)prendre les rênes. Je me suis aidée de cet article de Sortez de vos conaps qui détaille pas à pas la méthode. Après une semaine à éplucher nos relevés de compte sur les cinq derniers mois, nous en avons tiré un bilan et quelques actions.

👉🏻 Notre premier poste de dépense : sans surprise c’est le logement. Le taux de notre prêt immobilier est dans les standards du marché. L’assurance aussi. Donc rien à négocier. Quant aux charges de copropriété, elles sont correctes. Je me suis néanmoins engagée dans le conseil syndical afin d’avoir un maximum de visibilité sur les dépenses engagées, les travaux, l’utilisation des fonds ALUR.

👉🏻 Deuxième poste de dépense : l’alimentation ! Nous privilégions le bio, les produits Français à défaut de pouvoir faire vraiment local. Nous achetons principalement au marché et chez les commerçants de quartier (défi sans supermarché). Bref tout cela un coût. Nous l’assumons complètement car nous sommes relativement minimalistes en vêtements, high tech et cosmétiques. Quelques pistes que nous explorons désormais pour faire quelques économies:
🍒 Profiter des fruits et légumes des jardins de nos familles (en frais, confitures, congelé ou conserves !)
🥫Utiliser au maximum les fonds de placard, congélateurs : des stocks précieux qui permettent parfois de tenir une semaine sans faire de nouvelles courses
💰 Limiter les « plaisirs » qui coûtent le plus cher : viande, charcuterie, vin, fromage…
🗓 Et s’organiser, planifier : initialement nous faisions des menus à la semaine en y incluant les repas de restes. Désormais les menus sont faits au mois, cette nouvelle routine nous permet de mieux varier nos recettes et d’utiliser nos stocks.

👉🏻 Côté hygiène et entretien, la simplification des produits et le passage au lavable a bien réduit nos factures.
Ménage : beaucoup de savon noir et vinaigre blanc, un peu de javel. Nous n’achetons que tablettes lave-vaisselle, un peu de produit à récurer et de gel WC. Pas de lingettes : vive les chiffons et les torchons lavables à l’infini.
En lavable : mouchoirs en tissu, toute l’hygiène féminine (cup, serviette lavable)
Et côté salle de bains, le savon solide reste avantageux. Les huiles végétales sont bien plus économiques que les crèmes. Et comme en cuisine, nous évitons les stocks au maximum. En lire plus : Vers une salle de bains minimaliste et zéro déchets.

🗃 Grâce au bilan, nous avons passé en revue les charges fixes : frais bancaires, assurance habitation, assurance voiture, électricité, téléphone… Et mine de rien, il y avait quelques dizaines d’euros par mois à optimiser.

📱 Le bilan a été l’occasion de prendre conscience combien les petites dépenses « plaisir » mais non indispensables pesaient sur notre budget. Au moins 50€ par mois ont pu être économisés : résiliation de Spotify, résiliation de Netflix…

👉🏻 Le reste de nos dépenses se partage entre habillement, ameublement / décoration, cadeaux, restaurants et vacances qui ne sont pas mensuels heureusement. En matière d’objets, nous essayons de jongler entre neuf, occasion, et quelques pièces éthiques plus onéreuses. Je vous en dis bientôt plus avec un article dédié sur le renouvellement de la garde-robe minimaliste !

Et pour ajouter quelques euros au budget, je vends régulièrement des vêtements ou objets. Côté recette, le suivi des remboursements divers, notamment les frais de santé est un bon investissement ! Enfin, nous ajoutons sur nos listes d’anniversaires ou de Noël des petits plus qui nous permettent d’économiser sur le poste « achat plaisir » : massage, spectacle, cours de cuisine, vêtements, accessoires…

Grâce à ce bilan, nous avons dégager de réelles économies. Nous consommons mieux, sans excès tout en gardant des achats plaisir. Nous avons même pu reconstituer de l’épargne. Oui c’est vrai chez nous le logement et l’alimentation pèsent le plsu dans le budget. C’est notre choix et cela correspond à nos aspirations.