L’inspiration de cet article m’est venue après la lecture de 1 million de révolutions tranquilles (Bénédicte Manier, Editions Les liens qui libèrent), un livre concentré d’optimisme que je vous recommande vivement.

1 million de révolutions tranquilles

À mon échelle, je peux changer mes habitudes chez moi bien sûr, mais aussi dans ma commune. J’en suis maintenant persuadée depuis quelques mois (Un été inspirant), c’est à l’échelle de la commune que les actions citoyennes peuvent être les plus efficaces. Le combat au niveau nationale nécessite une structure solide pour contrer les lobbys industriels. Les associations, les ONG sont bien mieux organisées. En tant que citoyen, nous pouvons les soutenir par des dons ou du bénévolat.

Changer sa ville, son hameau, son village, ou même sa copropriété demande bien moins de moyens. Il suffit de commencer avec un groupe de volontaires, qui existent déjà pour la plupart. Associations, conseils de quartier, ou simplement un groupe d’amis ou de collègues…

Les discours alarmistes des médias font peur et bloquent les personnes pour passer à l’action. Pourquoi agir puisque c’est de toute façon trop tard ? Et par quel bout commencer ? Un réflexe typiquement humain.

Une action concrète démontre qu’il est possible de faire beaucoup avec peu de moyens. C’est aussi un moyen efficace de lancer le dialogue sur l’écologie.

Voici une liste d’idées regroupées par thème avec des « place à l’action » pour changer ta commune avec tes bras de citoyens. Un programme ambitieux mais tellement excitant !

J’ai synthétisé un maximum d’idées et d’initiatives lues ici et là. Il y en a sûrement d’autres. N’hésite pas à partager en commentaires tes idées et tes expériences. Cet article se divisera en plusieurs parties. Il y a tellement à dire !

1/3 Gestion de l’eau

À la maison, il y a de nombreux gestes simples qui permettent d’économiser de l’eau.

👉 Défi 4 – J’arrête de gaspiller de l’eau

👉 Comment économiser l’eau pièce par pièce ? 

Mais à plus grande échelle, c’est un sujet peu regardé. Pourquoi ? J’ai trouvé une seule réponse. L’habitude ! Nous avons tellement pris l’habitude d’avoir de l’eau potable coulant à flot que nous ne faisons pas honneur à sa juste valeur.

Pourtant, nous payons pour l’eau et même deux fois : le coût de l’assainissement de l’eau + le coût de la consommation. Tu paies l’eau utilisée chez toi bien sûr. Tu paies aussi celle utilisée par la Mairie et tous ses bâtiments via les impôts. Puisque tu paies, autant regarder de près comment elle est utilisée.

Deuxième raison de s’intéresser à l’eau : le changement climatique et les sécheresses à répétition. Depuis plusieurs années, beaucoup de régions françaises sont en déficit chronique d’eau. Les nappes phréatiques sont à la traîne. Pas assez alimentées et trop exploitées. Il est donc urgent de savoir la stratégie globale de la consommation d’eau.

💡 Première idée : systématiser les récupérateurs d’eau

Une évidence pour celles et ceux qui possèdent un jardin suffisamment grand. Alors que c’est si évident, pourquoi n’y en a-t-il pas dans toutes les résidences ? Les écoles ? Les espaces verts publics ? Ou même de façon partagée entre plusieurs voisins ?

👉 Place à l’action 1 : lors de la prochaine réunion du conseil syndical, je suggère l’installation de récupérateurs pour l’arrosage du jardin de la résidence.

👉 Place à l’action 2 : via les conseils de quartier, je demande à la Mairie l’installation de récupérateurs qui serviront à l’arrosage des espaces verts

👉 Place à l’action 3 : je contacte la Mairie à chaque utilisation d’un arrosage disproportionné. Êtes-vous choqué(e) comme moi d’un arrosage en plein midi en été ? Ou quand l’eau tombe carrément à côté ?

💡 Deuxième idée : L’en-tre-tien

En matière de gaspillage pur et simple, les fuites sont un phénomène généralisé : en moyenne, pour 5L d’eau prélevée, 1L est perdu en milieu urbain contre 2L en milieu rural. Les moyens logistiques mis en place pour limiter ce gaspillage sont à l’heure actuelle trop peu développés. Les moyens financiers ne permettent de remplacer que 0,6% des canalisations chaque année.

👉 Place à l’action : contacter la Mairie pour lui présenter ces chiffres et lui demander d’investir plus dans le prochain budget sur l’entretien des canalisations.

💡 Troisième idée : rendre la ville perméable

Les routes, les trottoirs, les parkings, les gares, les aéroports, les centres commerciaux, les centres villes, autant d’endroits où l’eau de pluie file directement dans les égouts au lieu de retourner dans la terre. Enlever du béton, du goudron permet à l’eau de retourner dans le sol. Il existe plusieurs solutions plus ou moins innovantes : retour au friche, apposition de grilles pour éviter aux véhicules de s’embourber notamment dans les parkings, végétaliser.

👉 Place à l’action : identifie une zone qui pourrait être rendue à la terre et présenter le projet à la Mairie

A lire également :
Je change ma commune – partie 2 - végétaliser
Je change ma ville - partie 3 -les déchets
Comment lutter contre la pollution lumineuse ?
Que mangent tes enfants à la cantine ?