Rappel : je réalise une série d’article autour de la commune le meilleur échelon pour agir et démultiplier les effets des actions citoyennes.

Végétaliser la ville

Un thème en totale cohérence avec la partie 1 sur la gestion de l’eau afin de respecter le cycle de l’eau.

Végétaliser a de multiples avantages : mieux absorber de l’eau de pluie, nourrir les sols, créer des écosystèmes (vers, insectes, oiseaux..). Et pas besoin d’hectares à perte de vue. Même dans un tout petit espace avec un peu de terre, la nature repart. Encore faut-il la laisser faire et ne pas tomber dans le travers des espaces verts aseptisés qui sont bien moins riches pour les insectes et les oiseaux.

💡 Première idée : fleurir

Les fleurs c’est beau, c’est joyeux. Choisis des espèces adaptées au climat de ta région, des espèces nourrissantes pour les abeilles et bourdons, des graines bios et respecte les périodes de plantation. Je te recommande le site de Rustica, très riche en information.

👉 Place à l’action : après ton balcon ou ton jardin, demande à tes voisins de s’y mettre aussi. Sans oublier les espaces de la copropriété. Tu peux t’en occuper si ils n’ont pas la main verte.

👉 Place à l’action : demande à la Mairie de fleurir tous ses espaces y compris les bâtiments municipaux. Quelques bacs ici et là peuvent être un bon début, notamment au pied des arbres dans la rue.

👉 Place à l’action : lance des bombes à graines au printemps. Le principe est simple. Aller fleurir des espaces difficiles d’accès en jetant une boule mélangeant argile / terre / graine puis laisser faire la nature.

💡Deuxième idée : faire un potager

Une évidence encore pour ceux qui ont un jardin et se sont lancés. Mais en ville alors ? Surtout dans les grandes villes, les potagers ont presque disparus hormis quelques potagers ouvriers.

Pourtant, cultiver son propre potager permet de faire des économies tout en s’assurant de produire de la qualité, sans pesticides non insecticides. Un potager est également un refuge pour la biodiversité. Enfin, la multiplication des potagers permettra de sortir les villes de la dépendance aux magasins et brisera donc le schéma vicieux :

magasins = camions pour acheminer la nourriture produites souvent à des centaines voire milliers de kilomètres = embouteillages et pollution

magasins = stockage = produits périmés ou gaspillés

Tout comme les fleurs, mise sur des graines ou des semis adaptés au climat, du bio. Attention aux légumes gourmands en eau comme la tomate, l’aubergine…

👉 Place à l’action : identifie avec ses voisins un espace à transformer en potager (cour de la résidence…)

👉 Place à l’action : renseigne-toi si il existe des jardins partagés dans la ville. Et si la réponse est non, demande un terrain !

👉 Place à l’action : incite les enseignants à créer un projet pédagogique avec un potage partagé

💡Troisième idée : planter des arbres

Je reconnais que c’est une des idées les plus complexes à mettre en œuvre. Pourtant, nous avons cruellement besoin de plus d’arbres. Les arbres aident à la rétention de l’eau dans les sols évitant ainsi les glissements de terrain ou les effets marécages. Les arbres créent de l’ombre bien fraîchissante bien agréables en été.

Depuis quand ta Mairie n’a-t-elle pas planté d’arbres ? Combien d’arbres abattus en 2019 ?

Les arbres fruitiers à l’échelle de la ville permet de renouer avec une pratique ancestrale : le glanage. Récolter noix, noisettes, châtaigne à quelques mètres de chez soi plutôt de devoir prendre la voiture pour aller en forêt. Plutôt réjouissant comme programme ?

👉 Place à l’action : demander à la Mairie de planter 1 arbre supplémentaire dans chaque cour d’école

👉 Place à l’action : demander un plan pluriannuel pour ajouter des arbres supplémentaires dans les espaces verts tout en gérant les anciennes espèces. Les haies sont également indispensables afin de nourrir les arbres et accueillir insectes et oiseaux.